Les nations savent-elles encore rêver?

Les nations savent-elles encore rêver? Les mythes nationaux à l’ère de la mondialisation
Gérard Bouchard
Boréal

Résumé 

Après Raison et déraison du mythe, qui proposait une approche sociale du mythe, nous voici sur le terrain des mythes nationaux. Au-delà de la théorie, le livre propose des aperçus empiriques centrés sur les États-Unis, l’Acadie, le Canada anglais et le Québec. À chaque fois, il s’agit de comprendre comment les mythes nationaux opèrent et comment ces sociétés vivent les changements occasionnés par le néolibéralisme, la diversification ethnoculturelle ou les grands courants culturels transnationaux. Au terme de cet ambitieux parcours, le lecteur aura tôt fait de constater que l’enjeu des mythes nationaux est intimement lié à celui de la démocratie.
 

Présentation de l’auteur

Né au Saguenay en 1943, Gérard Bouchard vit aujourd’hui à Chicoutimi où il enseigne au Département des sciences humaines de l’Université du Québec à Chicoutimi.
Après avoir obtenu un baccalauréat en arts au Collège de Jonquière, un baccalauréat et une Maîtrise en sociologie à l’Université Laval, il fait, en 1971, un doctorat en histoire à l’Université de Paris (Nanterre).

Depuis 1971, il est professeur d’histoire et de sociologie à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Parallèlement, il a également été professeur associé à l’Université du Québec à Montréal (1974), à la Faculté de médecine de l’Université Laval (1988-1989). Titulaire d’un Séminaire à la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d’expression française en Amérique du Nord (CEFAN), de l’Université Laval (1991), il a aussi été directeur d’études associé à l’École des hautes études en sciences sociales, à Paris (1977, 1991 et 1999).

En 1972, il a fondé et dirigé l’Institut interuniversitaire de recherches sur les populations. Entre 1988 et 1998, il a été coresponsable du Projet d’histoire rurale comparée Québec/France (xviie-xviiie s.). Il a aussi cofondé le Groupe de recherches sur les affaires publiques, dont il a été le coordonnateur de 1988 à 1990. Il est également cofondateur de la Corporation de recherche et d’action sur les maladies héréditaires (CORAMH) (1979) et a lancé en 1972 le Projet BALSAC (fichier de population informatisé du Québec) qu’il a dirigé jusqu’en 2010. Il est actif au sein de l’Association internationale des études québécoises et il est responsable de recherche au Réseau québécois de médecine génétique.

Gérard Bouchard a fait partie de divers comités de rédaction de périodiques, notamment la Revue d’histoire d’Amérique française, Histoire sociale/Social History, Canadian Historical Review, Revue canadienne des sciences régionales et Globe. Auteur de plus de 280 articles scientifiques, il est membre de nombreux conseils d’administration ou de comités directeurs d’organismes scientifiques et demeure toujours actif au sein d’organismes tels que le Réseau de médecine génétique appliquée du Fonds de recherche en santé du Québec, le Comité consultatif pour les aspects éthiques, juridiques et sociaux du Programme canadien de technologie et d’analyse du génome, le Conseil aviseur du Canadian Families Project (Vancouver), et le Center for Population Studies (Suède).

Depuis 1975, il a organisé une quarantaine de colloques ou ateliers sur des thèmes aussi variés que la génétique et l’épidémiologie, l’éthique et le droit, la diversité ethnique, la société rurale, l’histoire régionale, l’historiographie québécoise, la famille, l’économie régionale, l’histoire nationale comparée, les imaginaires collectifs. Il a prononcé plus de 624 conférences ou communications à des rencontres scientifiques au Québec, au Canada et à l’étranger.

Outre les prix attribués à ses ouvrages, Gérard Bouchard a reçu le prix Jacques-Rousseau de l’ACFAS (interdisciplinarité et humanisme) en 1985, le Méritas saguenayen pour la recherche scientifique, en 1985, le prix du Scientifique canadien francophone de l’année, décerné en 1991 par la Société Radio-Canada, le prix Guy-Frégault de l’Institut d’histoire de l’Amérique française, en 1987 et en 1997, le prix Louis-Gérin en sciences sociales du gouvernement du Québec, en 1993. Il a été élu, en 1985, à l’ Académie des lettres et sciences humaines de la Société royale du Canada. Au printemps 2001, Gérard Bouchard a reçu pour l’ensemble de son œuvre le prix Gérard Parizeau – Histoire. Il a aussi reçu, en juin 2001, un doctorat honoris causa de l’Université McGill. Et en juin 2001, il est récipiendaire d’un doctorat Honoris causa de l’Université de Guelph en Ontario.

Depuis février 2002, Gérard Bouchard est titulaire d’une chaire de recherche du Canada sur les mythes sociaux et les imaginaires collectifs, et depuis 2003, il est membre de l’Académie des lettres du Québec.

Entre août 2007 et janvier 2008, Gérard Bouchard a été coprésident, avec Charles Taylor, de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, mandatée par le gouvernement du Québec.

Entre août 2008 et juin 2009, Gérard Bouchard a été titulaire de la Chaire de recherche Mackenzie-King William Lyon en études canadiennes à l’Université Harvard, Cambridge.