Ciguë

CATÉGORIE POÉSIE

Ciguë
Annie Lafleur
Le Quartanier

Résumé du livre

Avaleuse d’eau mortelle, aux abois, tombée de la branche, elle cuve au vent son poison, son philtre, sa drogue, son remède, et retrouve au sol son frère guéri par la foudre. Le pacte est scellé et l’odyssée commence, contre la mort toute-puissante criée à l’oreille. Corps lancés, gueule ouverte, dans les forêts, les coulées, les ravins, franchissant les barrages la tête au ciel. Corps excités par une langue addictive et haletante, par une langue qui donne à la vie une soif égale à la sienne. Qui boira la ciguë, qui mourra de la soif, qui vivra verra.

Présentation de l’autrice

Annie Lafleur est née en 1980 à Montréal. Au Quartanier, elle a publié Ciguë (2019), Rosebud (2013) et Bec-de-lièvre (2016, finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général et au Prix des libraires du Québec, dans la catégorie poésie). Au Lézard amoureux, elle a fait paraître Prolégomènes à mon géant (2007) et Handkerchief (2009). Elle a été membre du comité de rédaction de la revue Estuaire de 2014 à 2018, où elle continue de mener une série d’entretiens avec des poètes. Elle collabore comme critique d’art au magazine Spirale et travaille pour une maison d’enchères montréalaise.

Commentaire du comité

Rosebud paraissait en 2013 et Bec-de-lièvre en 2016, avec Ciguë, Annie Lafleur vient compléter admirablement sa trilogie. Son recueil est un objet dense fait de ruptures formelles et de révolte, ne se laissant surtout pas épuiser ni par une, ni même par cent lectures. Et toujours cette exigence de la poésie, mais lumineuse, qui ne cède jamais à la facilité ; cette dureté des mots, essentiels parce que concrets comme le métal d’un revolver; et cette ambivalence de vivre à chaque poème. (Patrick Bilodeau – Librairie Pantoute à Québec)